Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 23:08

A l'occasion de la GDC (Game Developper Convention) de San Francisco, le Big Boss de Big N, Saturu Iwata, a levé un des voiles (un très léger voile !) parmi les nombreux rideaux opaques qui entourent le jeu Super Mario 3DS

 

Voici quatre images de ce futur jeu de plateforme. Le patron affirme qu'on en saura plus pour l'E3. Plus que trois mois à patienter ! 

 

super-mario-3DS.jpg

Un style graphique qui évoque les deux Super Mario Galaxy de la Wii.

 

 

New Super Mario Bros 3 ?

 

Le titre du jeu serait donc juste un laconique Super Mario ? Sur le logo, on remarque une queue. Ca évoque non pas le logo mais l'écran titre de Super Mario Bros 3 (Nintendo 8-bit, dès 1988 au Japon)

 

 

Logo-Super-Mario-3DS.jpg

La queue de "Tanoki"

 

SMB3-Title-Screen-super-mario-bros-5463262-743-670.jpg

 

Espoir !

 

La line up de la Nintendo 3DS est molle du genou (Nintendogs + cats ; le remake de Rayman 2 ; etc., difficile de s'exciter malgré la quinzaine de titres du 25 mars prochain). Edit : Non, il y a le Super Street Fighters IV 3D Edition qui remporte le morceau ! 

 

Ce Super Mario 3DS est un jeu qui donne envie d'acheter la console. Décidément, les bons jeux risquent d'arriver plus tard. 

 

On n'a pas fini d'en reparler !

Repost 0
Published by Mario Mario - dans Mario Games
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 23:45

Mario vs. Donkey Kong, le jeu qui oppose les minis Mario au grand singe est revenu en ce mois de février. D'où vient cette étrange licence ? Que représente ce jeu dans l'Histoire de Mario ? Mais surtout, vaut-il le coup ? Commençons par remonter le fil de son Histoire avant de livrer notre verdict.  

 

Capture-d-ecran-2011-02-27-a-19.21.16.png

Mini-Mario "sur le grill"    

 

Histoire : La mariogénèse est un lent processus

 

La marotte de ce blog Mario, c'est de replacer chaque épisode dans le contexte "historique" de la saga, de dresser le portrait de famille. D'où vient Mario vs. Donkey Kong ? Avec ce jeu il y a du boulot. Ce sont trente années de jeux et d'antagonismes qu'il célèbre ! Mais d'où viennent Mario et Donkey Kong et leur antagonisme ? Ho hisse, allons-y :

 

Pour Nintendo, à l'origine étaient les cartes à jouet, les hôtels de passe, les paquets de riz, les partenariats avec Disney, etc. Puis l'électronique fut. En gadgets, branchés à la télé, ou en grosses attractions, dans des fêtes foraines.

 

hanafuda-nintendo-mario-history.png

Au commencement, Nintendo n'était pas embêté avec les crises d'épilepsie ou les hordes d'opticiens

 

Quand l'entreprise, lorgnant sur le marché ouvert par Atari, voulut conquérir l'Amérique, l'histoire redémarra de zéro.

 

- Le premier jour, Nintendo créa Radar Scope ;

- le deuxième jour la firme réalisa un test auprès des joueurs ;

- le troisème jour elle analysa les résultats (qui se révèlèrent très postifs : le jeu plaîsait) 

- le quatrième jour, Nintendo fit fabriquer ses bornes au Japon :

- le cinquième jour, elle les importa aux Etats-Unis par bâteaux (le cinquième jour a duré trois mois) ;

- le sixième jour, elle installa ses bornes de Radar Scope aux Etats-Unis ;

- le septième jour les américains ne jouèrent pas à Radar Scope, déjà ringard. Raté ! Tous ces efforts pour rien ? ; 

 

radarscope-nintendo-donkey-kong-histoire-mario-jumpman.png

Radar Scope, jeu d'arcade de Nintendo destiné à lancer la filière de la marque aux Etats-Unis est un excellent shoot em'up, à l'ambiance très soignée, les ennemis volent vers vous suivant des trajectoires surprenantes. Il n'en demeure pas moins un jeu très classique. 

 

La mariogénèse patientera ...et revient en deuxième semaine !

 

- Le huitième jour, Nintendo ne se reposa pas, l'histoire redémarra de zéro ...ou presque, il y eut des meubles (trois mille cabines d'arcade) à réutiliser. Dorénavant, la firme inventera, programmera, fabriquera directement dans l'Eldorado du jeu : les Etats-Unis, histoire d'éviter les long tunnels de l'import ! ;

- Le deuxième jour de la deuxième semaine, la fime achèta la licence du dessin animé Popeye the Sailor Man ;

Capture-d-ecran-2011-02-27-a-19.33.22.png

Brutus déguisé en Donkey Kong par anticipation ?


- Le troisième, elle embaucha un tout petit jeune, un certain Shigeru Miyamoto et l'associa à un vieux Géotrouvetout très talentueux : Gunpei Yokoi, qui participa à beaucoup des "gadgets" cités avant le premier jour ! ;

- Le quatrième, la firme perdit les droits d'exploitation de Popeye (ce n'étaient décidément pas les jours de chance de Nintendo !) ;

- Le cinquième jour de la deuxième semaine, Shigeru transforma son programme Popeye par des héros de son invention en conservant la triangularité Popeye-Olive-Brutus. Cela donna Mister Video-Pauline-Donkey Kong. Adieu le marin chauve, bonjour à un charpentier moustachu (Mister Video). Adieu le gros baleise poilu, bonjour ...un trés gros baleise très poilu (Donkey Kong). Adieu les épinards et bonjour le marteau. Adieu surtout, de façon très prosaïque mais importante : la fabrication au Japon et l'importation aux Etats-Unis. Bonjour le '"aussitôt faits, aussitôt lancés" (le cinquième jour de la deuxième semaine ne dura pas, quant à lui, des mois !) ;

- Le sixième jour, après une tout petite nuit donc, les jeux (dont le meubles sont "nés" comme étant des Radar Scope et remplis par des programmes étant "nés" comme des Popeye - des troubles de l'identité ? d'ailleurs, Mister Video n'est plus, appelez-le dorénavant Jumpman) furent lancés dans certaines salle d'arcade ...et les files d'attente se créèrent déjà. Le jeu plaisait. Mais pour de vrai cette fois, pas juste en salle de test !

- Le septième jour de la deuxième semaine, les trois mille cabines bleues furent livrées ;

- Le huitième jour de la seuxième semaine, Nintendo ne se reposa pas, et comprit que l'histoire - qui ne repartait pas de zéro, qui ne repartira jamais plus de zéro - ne faisait que commencer.

 

donkey-kong-arcade-first-blue-history.png

(Filet de bave)

 

La quinzaine de la génèse est terminée mais l'histoire ne fait que commencer. Une fois que les 3000 premières bornes furent refourguées et facilement (ouf !), Nintendo fabriqua d'autres cabines Donkey Kong, de couleur rouge cette fois. Le jeu fut également lancé au Japon ...puis en Europe. Le même succès se confirma. Nintendo parle de 60.000 bornes d'arcade vendues. Après la mariogénèse, la mariomania était lancée. Nintendo créa une suite dans la foulée Donkey Kong Jr, renommant à cette occasion Jumpman, Mario tout en inversant les rôles : Mario devint le méchant (1982).

 

Mario vs. Donkey Kong : le vrai match eut lieu en 1983 ! (et c'est Mario qui a gagné)

 

Si Mario s'opposa pendant deux années à Donkey Kong, la firme sépara l'année suivante les deux héros : Donkey Kong 3 d'un côté, sans Mario (1983) ; et Mario Bros de l'autre, sans Donkey Kong (1983). Histoire de mieux exploiter le "filon" et de maximiser les revenus. En langage marketing, Nintendo créa deux extensions de gamme à partir de son  unique jeu de 1981 en séparant le singe du petit homme.

 

donkey-kong-3.jpg

Dans Donkey Kong 3, le singe se bat contre Stanley, surnommé l'homme insecte (Bugman), qui est, dit le livret vendu avec le meuble, le cousin de Mario... un cousin perdu depuis dans les oubliettes

 

Si les deux héros sont séparés (si Mario ne se bat plus vs. Donkey Kong), les deux héros ne sont plus dans le même bâteau et deviennent commercialement en situation de comparaison. Le vrai combat commence !  

 

C'est le moustachu qui gagna la bataille. Haut la main. Les deux licences séparées ne sont pas devenues deux sources de revenus intéressantes, comme espéré. Mario Bros marcha très bien mais Donkey Kong 3 fut un échec. Donkey Kong se retrouvera plus ou moins tricard pendant une douzaine d'année avant de revivre les vertiges des lumières sur Super Nintendo au milieu des années 1990. Quant à Mario, pendant ses années là, il devient une légende : jeux de plates-formes d'abord en 2D, puis en 3D, jeux de Kart, jeux de sports, jeux de rôle, compilations de mini jeux. "Mascottifié" au cours des années 1980, il sera de toutes les fêtes, de tous les accessoires, de toutes les communications. Il sera surtout de tous les succès. Pouvant, trente ans après sa naissance, revendiquer un tiers des 100 meilleures ventes historiques des jeux vidéo

 

Un héros légendaire aux jeux eux-mêmes légendaires, à commencer par son plus gros succès Super Mario Bros ...un tel ramdam que la firme lui emputera souvent quatre années de vie, lui souhaitant son anniversaire les années multiples de 5 (en référence à ce jeu de 1985) alors qu'il est bien né, comme Donkey Kong, d'un croquis/mosaïque puis de sa transformation en jeu, en 1981, au cours des deux "semaines de génèse" chaotiques (oui, hasardeuses !) que nous avons décrites !  

 

La licence qui évite l'Amnésie

 

La génèse de Mario n'eut rien d'un long fleuve tranquille. Il y a eu des hésitations. Nintendo cache quelques épisodes sous le tapis, pas forcément pour se mettre en valeur ...mais pour proposer une Histoire plus simple à appréhender. Dire que Mario est né en 1985 dans un jeu qui a fonctionné immédiatement (ce qui n'est complètement vrai non plus, par exemple  Super Mario Bros ne fut pas mis en avant aux Etats-Unis l'année de la sortie de NES... la firme hésita à remplacer son univers par celui de ...Popeye !), c'est beaucoup plus facile. Et cette petite ré-écriture de l'histoire, cela donne : deux épisodes de New Super Mario Bros rendant hommage au jeu de 1985, des anniversaires souhaités en 2005 puis surtout l'année dernière en 2010, Hideo Kojima qui parle de Super Mario Bros comme d'un jeu "Big Bang" ...

 

Stop ! Comme pour réparer cette injustesse, existe depuis 2003, au milieu de tous les genres que nous avons cités, une licence qui célèbre les années oubliées ...et le premier vrai succès de Mario : Donkey Kong. On l'a vu, le singe n'est plus la grosse vedette des jeux Nintendo, le géant vit dans l'ombre d'un nain ...et cette licence construite comme un hommage oppose les deux anciens opposants, elle se nomme donc Mario vs. Donkey Kong.   

 

mario_vs_donkey_kong_mini-mario.jpg

Dans le premier Mario vs. Donkey Kong, les mondes se concluent par des niveaux où le grand Mario doit conduire ses minis jouets dans des coffres

 

Le premier épisode sur GameBoy Advance était excellent. Un jeu de réflexions dans lequel nous incarnions un Mario d'avant Super Mario Bros sans les supers pouvoirs et avec des déplacements plus limités ...mais qu'importe ! Le cerveau en pleine ébullition, le Mario. La séquence d'introduction est d'ailleurs un petit bijou d'autodérision avec Donkey Kong qui regarde à la télévision des publicités pour des petites figurines Mario.

 

Les premiers épisodes DS, de la déception

 

Sur DS, changement de gameplay, il s'agit de déplacer au stylet non plus Mario mais des jouets miniatures à l'image de la super star, les minis Mario. Le jeu lorgne cette fois du côté des lemmings et la DS et ses écrans offrent un grand confort pour cela.

 

Mario-vs-Donkey-Kong-2-March-of-the-Minis-Nintendo-DS-2.jpg

La marche des Minis, très agréables mais frustrant : facile et trop superficiel   

 

Pourtant, sur DS, déceptions ! Non pas que les deux premiers jeux soient baclés. Au contraire, les développeurs s'étaient creusés les méninges ...mais ne sollicitaient guère celles des joueurs. De nombreux concepts très malins étaient lancés (de nouveaux items, des bûches inflammables, etc.) ...mais avant que ceux-ci ne soient éprouvés sur la longueur, le jeu partait dans une autre direction. Le jeu survolait ses propres trouvailles. Dommage.

 

La pagaille remet de l'ordre !

 

 

Capture-d-ecran-2011-02-27-a-19.22.10.png

Dans notre jeu, Pauline est une héroïne à l'américaine, une plantureuse actrice de cinéma telle que les années 30 les vénéraient ...une référence appuyée à King Kong que peut se permettre Nintendo dans les années 2000, maintenant que le procès intenté par Universal dans les années 80 a définitivement penché en sa faveur

 

Nous arrivons enfin à notre jeu de février 2011. On part donc vers ce nouvel épisode Mario vs. Donkey Kong - Pagaille à MiniLand (MiniLand Mayhem en anglais) avec peu d'enthousiasme. Et on est surprit dans le bon sens. Le nombre d'éléments est bien plus restreint et le jeu exploite enfin chaque potentiel.

 

Concrètement, chaque niveau est une énigme. Il s'agit, comme un berger tout puissant, de ramener les brebis égarées que sont les Minis Mario vers une porte de sortie. Une fois "lancé", un mini Mario ne s'arrête jamais. Sur son parcours, il faudra gérer des plates-formes, des canons, des bumpers, etc. Très rapidement.

 

Le jeu se situe entre réflexes et réflexions. Cette fois, il faudra être organisé. Nous devons faire rentrer tous les minis Mario aux bercails en fille indienne dans le même laps de temps. Cela rend la manoeuvre plus difficile et l'aventure est bien meilleure ainsi. 

 

tactile-mario-vs-donkey-kong.jpg

Un jeu tactile qui profite vraiment de cette option

 

Le soft est construit avec un grand sens de la rigueur. Chaque monde continet huit niveaux contenant des difficultés récurrentes : il y a toujours un monde avec un mini Mario "à clef" ; un monde avec un jouet Donkey Kong catapulte ; un monde avec d'autres jouets (Toad, Peach, Pauline, etc.) nécessitants leur propre porte de sortie, etc. Le plaisir est varié. L'épopée des jouets reste assez courte mais l'envie de récolter un trophée gagnera tous les joueurs et permet de vivre l'aventure en deux temps (comme les délicieuses pièces d'or des New Super Mario Bros).

 

Capture-d-ecran-2011-02-27-a-19.20.46.png

Avec cette sous-licence, "tout ceci n'est qu'un rêve" ...enfin, "tout ceci n'est qu'un monde de jouet'

 

Consciente de son capital "historique", les musiques du jeu sont les thèmes habituels des deux séries phares des deux héros, notamment quelques thèmes de Donkey Kong Country. Un vrai ravissement ...plein de nostalgie. Ce n'est pas la première fois que Nintendo nous fait le coup ...elle nous fait le coup à chaque coup diront les plus lucides ! Mais avec ce jeu et son ascendance grandiloquente, le choix est parfaitement justifié ! 

 

Enfin, déjà dans les deux premiers épisodes DS, un mode de jeu s'en sortait avec les honneurs : le mode construction, avec des fonctions online pour partager ses niveaux construits. Cette fois encore, ce mode "clef anglaise" est très bien géré et permet de créer ou de télécharger des niveaux extrêmement vicieux.   

 

Le Mario d'or ?

 

 

Après un Mario Sports Mix decevant, Mario vs. Donkey Kong - Pagaille à MiniLand est la première bonne surprise de 2011 pour les amateurs de moustaches. Dans chaque niveau, on aura plaisir à conduire les petits jouets jusqu'à bon port tout en rassemblant toutes les pièces pour obtenir les bonus de points et le précieux trophée.

 

mdkmlmboss-620x.jpg

Chaque monde se conclue par un affrontement direct contre le gorille, accéder au trophée sera plus difficile, il s'agira de réaliser "un niveau parfait" 

 

Il faut bien reconnaître que ce sont les éléments du jeu dans son ensemble, y compris les boss de fin de niveau, les mini-jeux à débloquer et le mode échange/construction, qui sont excellents. La cartouche corrige en grande partie les défauts des premiers épisodes sur DS et rend hommage à trente années d'affrontements entre Mario et Donkey Kong. Nintendo ne cesse de parler de son Histoire, ce qui a le double avantage de :

- rendre l'offre cohérente (toujours les mêmes personnages, les mêmes items, les mêmes éléments visuels)

- mettre en valeur son Histoire pour en faire (comme les grandes marques de luxe tentent de le faire) un "héritage" 

 

Plutôt court mais ne passant pas très loin du chef d'oeuvre (ce sera pour le prochain épisode ?), Mario vs. Donkey Kong Pagaille à MiniLand est un achat tout à fait justifié pour les fans de jeux de réflexions et même pour les autres.

 

Mario vs. Donkey Kong - Pagaille à MiniLand. Jeu de réflexion (succession de levels fermés). Pour console Nintendo DS. Environ 39 euros.

Repost 0
Published by Mario Mario - dans Mario Games
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 23:59

Une des meilleures vidéos bricolant l'univers de Super Mario Kart vient d'être mise en ligne.

 

Le réalisme fait froid dans le dos

 

Nous avons vu ensemble déjà une bonne demi douzaine de vidéo de Super Mario Kart In Real Life. Celle-ci, qui ne cherche pas principalement à être comique est la plus aboutie jamais réalisée.

 

Spectacle :

 

Le monde de Mario traité avec un skin réaliste peut - quand il n'amuse pas - faire très peur ...ou s'approcher d'une pathologie mentale, l'arrivée du nuage gris avec des yeux, monté par le Monsieur Laïki nous plonge un plein épisode maniaque

 

Bravo pour cette mise en scène très maîtrisée. Le choix des plans, le démarrage "sérieux" avec les bruits de moteurs ...tout est parfait. Un film mené d'une main de maître par un certain Facerocker (son site).

 

La question du mariage entre le réalisme et Super Mario

 

Cette vidéo, notamment les passages les plus déroutants : le nuage gris, les coquilles projetés à vives allures,.. interrogent beaucoup sur la nature des éléments croisés dans les jeux Super Mario. Sont-ils si gentils que cela ? Dans l'esprit, la vidéo me rappelle la toile réaliste de Winona Nelson, une jeune peintre californienne vraiment très douée. Petit rappel :

 

http://idata.over-blog.com/3/29/00/19/super-mario-bros-2-realiste.jpg

 

Quand nous l'avions interrogé sur le choix du réalisme dans sa peinture voilà ce qu'elle nous avait répondu, il y a une année déjà :

 

"je voulais vraiment montrer à quel point les idées sont étranges dans Super Mario 2 (les barrages à traverser, les petits bonhommes inquiétants qui vous suivent partout avec leur masque).

  
En représentant toutes ces choses de façon réaliste, cela fait mieux voir aux gens tous ces éléments bizarres. C'est dans la réalité que l'étrangeté et "l'effroi" de la scène deviennent réellement évidents". (Winona Nelson, février 2009)


La réponse de Winona éclaire aussi, me semble-t-il, les choix de Facerocker avec son Mario Kart "IRL". En montrant une partie de kart réaliste, avec des accessoires et des collisions tout aussi crédibles pour l'oeil, l'étrangeté d'un Laïku sur son nuage, la cocasserie des coquilles rouges qui percutent les ennemis, la douce folie des étoiles qui vous permettent de projeter les camarades dans le décor... ne seront plus jamais perçus de la même façon ! Il n'y a plus enfance, naïveté et douceur ....il y a effroi !  

 

Super Mario mélange les éléments venant de tous horizons (marteaux, princesses, lézards, pièces d'or, coquilles, tuyaux, champignons, étoiles, canons militaires...) pour créer les intéractions les plus lisibles (les plus faciles à saisir) et pour créer les interactions les plus extrêmes. Derrière l'enrobage mielleux, le plombier fait feu de tout bois. Ce qu'il propose au cerveau n'est pas jamais tiède (pif pouf pof) mais joyeusement extrême (PAAAF ! POUUUM !! BAAAMMMMM !!!!)  comme dans une bande dessinée.  C'est pour cela, aussi, que les jeux sont aussi "stimulants", prenants. Que vivent longtemps les nuages avec des yeux et les tortues avec des ailes ! A force d'y jouer on a fini par ne plus les voir. Heureusement que des artistes - peintres ou vidéoastes - enlèvent le miel de temps en temps ...et le voile par la même occasion. Jouer à une partie de Super Mario c'est vivre un trouble délirant, une psychose aïgue. Comme le disait un ami dans les commentaires " Un film comme celui-ci démontre par l'absurde que les joueurs savent bien faire la différence entre la vraie vie et les jeux vidéo." CQFD.   

 

Merci beaucoup à Rémi pour la découverte de la vidéo Mario Kart. Encore bravo à Facerocker et à ses complices pour cette même vidéo. L'interview entière de Winona Nelson à propos de ses travaux picturaux est toujours disponible ici.

 

Repost 0
Published by Mario Mario - dans Mario Fans
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 22:53

Super Mario est un plombier. Super Mario est moustachu. Ceci explique peut-être les liens entre le personnage de Nintendo et les parodies de films pornographiques.

 

Ce n'est pas la première fois qu'un tel pastiche est présenté depuis septembre 2009. Mais celui-ci est amusant. Et puis, nous sommes le jour de la Saint Valentin. On a la classe ou on ne la pas. 

 

princesse-porno-super-mario-sexe-copie.jpg

  La princesse

 

princesse-mario-xx-bis-copie.jpg Ce blog était de bonne tenue. Avant. 

 

C'est facile ...mais c'est drôle - prenez du Mario mélangez-le avec du (au choix) trash, sexuel, choquant ... et vous obtenez une (au choix) vidéo, image, chanson, figurine ...marrante !
Repost 0
Published by Mario Mario - dans Mario Web
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 19:42

Le trublion Rémi Gaillard vient de publier une nouvelle caméra cachée reprenant les codes du jeu de course Super Mario Kart. Burlesque Super Mario ?

 

Super Remi Kart

 

C'était peut-être son sketch le plus connu : il y a environ trois ans, Rémi Gaillard avait enfilé un costume de Super Mario pour monter à bord d'un kart ...et embêter les automobilistes et les policiers en jettant des bananes.

 

Rémi rempile. Voici ces nouvelles aventures : 

 


 

 

Au délà des blagues, parfois faciles mais toujours efficaces, Rémi Gaillard est un vrai phénomène médiatique cumulant des millions de visionages. Les épisodes de "Super Rémi Kart" ouvrent particulièrement l'humoriste à de nouveaux publics, une recherche rapide sur google le prouve : les américains et les japonais s'en amusent autant que nous.

 

Rémi étant très visuel, musical (d'ailleurs, si Rémi ne sort pas de DVD c'est parce que l'achat des droits de la bande son, toujours des morceaux très connus, disuade les producteurs), la langue française n'est absolument pas une barrière. Comme Super Mario est une référence universelle et parle particulièrement aux internautes du Monde entier, ce petit gag sera, comme le premier, un carton planètaire.

 

Rémi Gaillard et les gendarmes et Buster Keaton et Mister Game&Watch et Super Mario

 

Ici, le coup du supermarché pour faire le plein de bananes renouvèle l'expérience. Et puis, les gens en uniformes qui lui courrent après - gardiens de parking ou motards - restent d'une grande efficacité.

 

Rémi Gaillard est souvent comparé aux premières décennies du cinéma, et précisément, aux films burlesques : comme ceux de Charlie Chaplin, même si Rémi préfère la comparaison à Buster Keaton.

 

Capture-d-ecran-2011-02-12-a-19.11.46.png

Buster Keaton, souvent comparé à Rémi Gaillard

 

Et si ces caméras cachées révèlaient également ce qu'il y a de plus burlesque dans Super Mario : des jeux basés entièrement sur l'interaction, sur la confrontation évidente de personnages opposés ? Des personnages réduits à leur capacité à courir, sauter ; des personnages réduits à leurs silhouettes (comme des pantomimes).

 

D'ailleurs, "Mister Video" renommé "Jumpman" renommé "Mario" a pris le relai de Mister Game&Watch au début des années 1980. Les Mister Game&Watch, dans les jeux à cristaux liquides, vivaient des actions très simples, par la force des choses. La technique et le patern très limité de motifs dirigeaient les créateurs en ce sens. Les Mister Game&Watch sautaient d'un immeubles en flammes, s'échappaient d'un avion en parachutes, etc. Au début des années 1980, en gagnant des galons en arcade et sur consoles, Mario les a chassé progressivement des boites métallliques en gardant leur principale vertu : la simplicité. Mario Bros nous plonge par exemple dans une scène d'usine avec la gestion du travail à la chaine. Les Mister Game&Watch et les frères Mario se sont montrés par la suite - par deux fois au moins - interchangeables : Mario the Jungler, le dernier Game&Watch édité est une réédition du premier (Ball) ; de même, à partir de la fin des années 1990, les compilations Game&Watch Gallery proposaient des rééditions des Game&Watch originaux ou alors, des refontes plus moderne avec Mario, Luigi et leurs amis à la place des silhouettes originelles.

 

game_watch-copie-1.jpg

L'excellent Game&Watch Mario Bros n'a rien à voir avec la borne d'arcade (ou les adaptations sur consoles) du même nom : il s'agissait alors de tuer des bestioles ; ici, il faudra travailler à la chaine.

 

Mais même sur les consoles, dans les épisodes récents, le succès de Mario réside en partie, sans doute, au delà de son dynamisme, dans sa simplicité désarmante : boïng boïng. Et c'est bien mieux ainsi ! D'autres héros sont là pour flirter avec le cinéma plus récent : émotions plus subtiles, scénarios travaillés... Et merci surtout à Rémi pour nous rappeller que Super Mario n'est qu'un acteur de film muet, tellement difficile à adapter au cinéma. C'est sans doute aussi la raison de l'échec de Super Mario Bros The Movie, qui n'a pas compris l'essence des Mario et a tissé une toile peu digeste autour des codes de Mario (une champignon, un dinosaure, un plombier) en oubliant le jeu ...alors que les dessins animés, basés sur des gags visuels et des interactions simples, s'en tirent bien mieux ! Mention spéciale à l'adaptation japonaise et méconnue de 1986 (traduisible par Super Mario, Grande mission pour sauver la princesse) qui montre à plusieurs reprises des passages "en 2D" avec Mario qui court ...comme dans le jeu. Il faudra qu'on reparle de ce magnifique petit film d'animation plus en détails. Mais pas aujourd'hui, Rémi Gaillard nous a déjà entraîné bien loin de notre sujet !  

 

super-mario-bros-rescue-princess.png

Trois images issues d'une adaptation animée japonaise très précoce (1986) et intelligente : elle prend en compte le jeu, c'est-à-dire la simplicité de Super Mario, la prédominence des interactions. Un film bourré de gags et de déplacements que nous qualifierions, nous joueurs de 2011, de déplacements en "deux dimensions". Un film tarte à la crème ? Oui, c'est sa force. 

Repost 0
Published by Mario Mario - dans Mario Buzz
commenter cet article
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 14:17

KodyKoala détourne des figurines existantes pour créer des Super Mario, Peach, Toad, Luigi... d'un drôle de genre. Panorama de ses oeuvres. 

 

yoshi-custom-trash.jpg

Yoshi story... sans le happy end

 

Quand le koala transmorme du "Mario" en du "Mario trash"

 

Il y a presque une année (déjà !) nous présentions une grosse figurine de Super Mario transformée en "mecha" (un robot géant, comme Goldorak). Le jeune homme qui en était l'auteur ne s'est pas arrêté là.

 

Parfois, les bases de son travail sont des figurines Mario, il s'agit d'ajouter quelque chose en plus : du sang, un aspect robotique, une petite scènette convoquant des univers de "science-fiction" etc.

 

Luigi_yoshi_figurine_mecha_goldorak_ekoala.png

Luigi et Yoshi, devenus Mecha...niciens et mégalos

 

peach-trash-toad.png

Toad est un champignon ...coméstible !


toadette-science-fiction.png

Toadette tueuse de zombies. Pour chacune de ces scènes, Mister Koala achète des figurines "normales" en vinyle... avant de customiser l'ensemble

 

Quand le koala transmorme "autre chose" en du "Mario rigolo"

 

D'autres fois, les figurines ne sont pas du tout estampillées Nintendo à la base, Koala les détourne en sculptures de Super Mario et ses amis. 

 

Luigi-Peach-Toad-figurine-Custom.png

Elle est baraquée la princesse, Boswer risque de s'en prendre une !

 

Capture-d-ecran-2011-02-06-a-14.11.06.png

Quand le koala détourne des légos

 

Capture-d-ecran-2011-02-06-a-14.10.24.png

Daisy kawaii (adieu le trash) avec un tout petit Luigi !


Capture-d-ecran-2011-02-06-a-14.10.10.png

Peach a préféré prendre un petit Toad sous le bras

 

- Une base Mario qui devient plus ou moins trash,

- une base extérieure qui devient du Mario

...dans les deux cas, le résultat est intéressant et deux univers se rejoignent ! Mario y apparait décalé.

 

Et plus !

 

Enfin, si Koala travaille le plus souvent autour de l'univers de Super Mario, Megaman, Samus et d'autres héros subissent les frais de ses ciseaux et de ses peintures ! N'hésitez pas à visiter son site !

 

(Et merci à celui qui se reconnaîtra pour le thème de cet article)

Repost 0
Published by Mario Mario - dans Mario Fans
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 23:59

Ce week-end est sorti Mario Sports Mix sur Wii, compilation de quatre jeux de sports sur Wii. Premières impressions. 

 

SPORTS-MIX.jpg

 

D'où viens-tu ?

 

Mario Sports Mix est développé par le studio légendaire SquareEnix (spécialiste des RPG) comme ce fut le cas de la simulation de basket ball sur DS Mario Slam Basket Ball (aussi appelé Mario Hoops 3 on 3). Sauf que Mario Sports Mix est plus simple.

mario-sports-mix-square-enix-mario-wii-2011-L-nhkOgD.jpeg

Cet artwork évoque justement les publicités et l'univers du premier jeu de Sport dans l'univers de Mario développé par SquareEnix (Mario Hoops 3 on 3)


Capture-d-ecran-2011-02-01-a-23.43.29.png

Dans Mario Hoops 3 on 3 : Déjà, la référence Comic, le dynamisme ...et surtout, déjà : le basket ball !

   

      Facile à jouer

   

Avec Mario Sports Mix, les règles sont enfantines. Les maniements principaux apparaissent d'une simple pression de boutons, on se rend alors compte de leur accessibilité. C'est enfantin. Plus simple encore que les très funs "Mario Soccer" (Mario Smash Football sur GameCube ou Mario Strickers Charged Football sur Wii), on se croirait carrément dans le mini jeu d'un Mario Party : On attrape le ballon ou le palet, on bouge, et on lance ! Les règles sont enfantines et ça tombe bien : on peut y jouer avec des enfants, des grands parents, des amis hostiles aux jeux vidéo ! Le jeu propose deux types d'équipes : deux contre deux ou trois contre trois. Tout est prétexte à l'action, à la convivialité, au chambrage.

 

Mario-Sports-Mix--1-.jpg

Le palet est une pièce. La Mario's touch ! 

 

Tout seul aux commandes, en mode un joueur, il est aisé de marquer des buts ...du moins en mode facile ou normal. On se débrouille très bien dès les premiers instants. On fait des passes sans aucun soucis, on récupère le bébé, on secoue la Wiimote et Pam ! Dans le mille. Une fois, deux fois, dix fois. Bref, on peut accumuler les coups gagnants, faisant grimper le score. C'est amusant. Les vieux de la vieille pourront se souvenir, émus, de certains titres NES tels que World Cup, des scores finaux impressionnants : le joueur : 45 / la console : 0. On pourra se rappeler également la bouille inpayable de ces joueurs.  

 

world-cup.jpgWorld Cup sur Nes (console Nintendo 8-bits), tellement facile mais tellement fun mais tellement facile

 

Quarante euros ?

 

Si ces premières minutes étaient agréables et amusantes, difficile de se faire un avis en si peu de temps de jeu. Il y a certes quatre disciplines, toutes marrantes, il y a aussi quelques mini jeux...

 

...Le jeu vaut-il le coup sur la longueur ? Une chose est sûre, à plusieurs joueurs, le jeu est excellent. Il semblerait cependant que nous n'atteignons pas le niveau d'un Mario Tennis 64 (1999), un jeu de l'éditeur Camelot qui reste encore le summum de la simulation sportive dans l'univers Mario (supérieure à sa suite avec des coups spéciaux démesurés sur GameCube) : fun, maniable mais aussi technique et intéressant. Un équilibre difficile à obtenir, un exploit qui n'a pas été réitéré semble-t-il.  

 

Daisy_Peach_Mario_Sports_Mix.png

On peut jouer avec les personnages de l'univers Mario ...ou avec ses Mii. Les Mii sont si moches et les princesses sont si belles, y a-t-il la moindre hésitations à avoir ? Les Mii pas mimis avec leurs bras cylindriques ne tiennent pas la comparaison.

 

Les critiques ?

 

Autre critère de choix, les critiques. Le jeu tourne souvent autour du 14 ou  du 15/20 (le japonais Famitsu : 30/40 ; les français JeuxVideo.com : 14/20 ; Gamekult : 6/10 ; Jeuxvideo.fr 7/10). Ce sont des résultats très corrects. Mais pour un Mario, les notes sont plutôt basses - et oui, c'est dur d'être le chouchou de la maîtresse dans l'école du jeu vidéo !

 

mario-sports-mix.jpg

 

Détail intéressant, les internautes ont déjà voté massivement pour plébiciter ce jeu : 8,7/10 (pour 54 votes) sur jeuxvideo.fr ; 16/20 (pour 30 votes) sur jeuxvideo.com, c'est déjà beaucoup mieux. Casual et vieux routards, même combat : Mario est le chouchou des joueurs surtout !  

 

Ce Mario Sports Mix est-il un bon jeu ? Assurément oui. Doit-on l'acheter ? Pas forcément. Il n'apporte rien de plus dans une ludothèque Wii déjà fournie en jeux casual et cool. Plutôt mieux que Wii Party (plus gamer et "fiable" est notre Mario Sports Mix), mais en dessous d'un Mario Kart Wii  ou d'un Wii Sports Resort. Finalement, ce jeu est une excellente  alternative aux Mario vs Sonic aux Jeux Olympiques : il amusera son monde et consumera des heures et des heures en provoquant des rires entre amis.

 

L'Histoire, la grande Histoire Mario

 

Enfin - à chacun ses obsessions ! - le jeu n'apportera pas grand chose non plus à l'Histoire de Super Mario. Il restera peut-être comme le grand tournant (le Mercato) des grosses ficelles de Nintendo. La licence Mii  (les jeux "Wii quelque chose") a récupéré le "minijeux à plateau" (appartenant depuis 1999 et une dizaine d'épisode de Mario Party au moustachu) avec Wii Party ; en échange, cette licence Mii concède ici à Mario sa spécialité dédiée, la "compilation de sports" (plutôt la chasse gardée des Mii depuis Wii Sports).

 

Un grand tournant ? Au fond, non. Juste l'opportunité pour Nintendo de varier les plaisirs ...ou les occasions d'achats quand on regarde les événements avec plus de détâchement. Nintendo met les "atomes en mouvement" en croisant les licences et leurs contenus habituels : Mario et les Mii échangent leurs filons et créent l'illusion d'un changement. Au final, un Mario de plus en rayon ...et c'est toujours ça de gagner pour la marque ...et c'est toujours ça de moins pour les éditeurs tiers. 

 

Wario-Waluigi.png

Avec ce jeu, on a le sentiment que Nintendo ne souhaite pas spécialement développer l'image de marque Mario mais plutôt de gagner un peu d'argent facilement avec son personnage fétiche ...et d'occuper le terrain : les rayonnages Wii ! Sans se moquer des joueurs non plus. Le jeu est honnète et très efficace "en groupe" d'amis. 

 

____________________________________________________  

Mario Sports Mix, logiciel pour console Wii, compilation de quatre épreuves sportives (Basket Ball, Hockey sur glace, Balle au prisonnier, Beach Volley), dès 40€ neuf.

Repost 0
Published by Mario Mario - dans Mario Games
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 23:37

Joypad vient de publier un Hors-Série spécial Super Mario. Qu'y apprend-t-on ? Vaut-il les 7,5 euros ?

 

Joyeux anniversaire ! 

 

Le magazine Joypad commence l'année 2011 en compagnie de notre personnage préféré pour son quatorzième Hors-Série. Il annonce "+ de 200 jeux en 25 ans" ainsi que "les débuts, les succès, les plagiats, les ratés". Si vous n'avez pas encore craqué, voici peut-être de quoi juger. En essayant d'être juste.    

 

Joypad_hors_serie_super_mario_janvier_fevrier_2011.jpg

Faut-il craquer ?

 

Verdict : 

 

7,5 euros c'est cher (ça fait 50 francs !), il y a d'excellents jeux Wii ou DS neufs à 5 ou 10 euros, notamment à la Fnac, chez Games ou Micromania. C'est cher ...mais en contrepartie, il s'agit d'un gros numéro 100% Super Mario, contenant une centaine de page !

 

Un gros numéro 100% Mario d'une centaine de pages ....mais en contrepartie, il y a souvent des doubles pages remplies à 100% par un artwork de jeux Super Mario (Mario Party 8, pages 6 et 7 ; Dance Danse Revolution Mario Mix pages 16 et 17 ; Super Mario Galaxy pages 26 et 27 ; Super Mario Sunshine page 42 et 43 ; Mario Strikers Charged pages 58 et 59 ; Super Smash Bros Brawl pages 76 et 77 ;  plus neuf autres artworks d'une seule page = 21 pages uniquement occupées par de grosses illustrations, c'est un peu abusé.

 

wallpaper-Super_Mario_Sunshine-16668.jpg

Ce genre de artwork officiel rencontré 350 fois ...que vous boufferez encore une fois, et en double page :-/

 

Des doubles pages de remplissage ...mais en contrepartie, très peu de publicités (3 pages) pour un numéro très beau, qui joue bien sa carte de numéro collector/bel objet ; à l'image de la couverture (même si certaines impressions ne sont pas au niveau, notamment Super Mario Sunshine dont l'impression est très altérée - mauvaise résolution de l'image ?).

 

Un joli numéro collector/bel objet ...mais en contrepartie, il faut bien reconnaître que Nintendo y est pour beaucoup : ce sont leurs artworks, leur images spéciales, etc., le maquettiste ne s'est pas vraiment foulé. Pour éviter cet aspect "attendu",

- le magazine aurait peut-être pu fouiller un peu plus dans le catalogue iconographique de la marque pour trouver des illustrations un peu plus rares 

- une autre eut été d'employer un illustrateur maison ;

- une autre de demander à des illustrateurs oeuvrant sur le web de créer des dessins (exemple Krillin) ;

- une autre solution enfin, aurait consistée à intégrer les illustrations spontanées les plus brillantes d'internautes, histoire d'ajouter une dimension supplémentaire à l'analyse, les détournements/hommages des joueurs qui se multiplient avec Super Mario plus que pour n'importe quel personnage (et que nous traitons ici dans la rubrique Mario Fans). Ces illustrations apparaitraient comme des visions originales, elles lèvent aussi un certain voile sur ce qu'est Super Mario aujourd'hui et pourraient se rapprocher des oeuvres d'Art Contemporains qui illustrent certaines publications (Philosophie Magazine, etc.)    

 

Bowser-9.jpg

Exemple d'un artwork brillant (ici signé Masa) qui aurait pu agrémenter les pages de respiration (ou "remplissage" selon votre degré de tolérence)

 

Des images piochées dans le stoc de Nintendo ....mais en contrepartie, un texte très fouillé, original avec des partis pris. Par exemple, l'analyse de Super Mario Sunshine par Damien Begini : il y oppose ce jeu aux autres épisodes pour des raisons d'organisation générale : les distances des plates-formes dans les niveaux semblent pré-éxiter au personnage Mario (ses capacités de rebonds) et l'univers grafique se réfère à des éléments de notre monde. Bref l'essence de Mario est bousculée et je vous invite à lire cet article pour plus de détails. Joypad est édité par Yellow Media (anciennement Future Press) comme la plupart des autres magazines de Jeux Vidéo à "gros tirages" (Jeux Vidéo Magazine ; Consoles + ; les magazines officiels des trois constructeurs de consoles ; etc.). Nous ne sommes pas loin de l'hégémonie. D'où une crainte d'homogénéisation des points de vues, des idées, ...et même, plus concrètement des tournures de phrases ! Ici, pas de risques. Des rédacteurs avec des doigts agiles pour bien tenir la plume, des yeux pour regarder, une cervelle pour réfléchir (1) et un esprit critique pour s'engager (2). Deux points, qui, également, ont leur revers à la médaille :  

 

(1) Des articles très intéressants, des analyses intelligentes ...mais en contrepartie, des mots compliqués non définis. Exemple "paradigmatique" ("La création  de Super Mario 64 est en réalité l'histoire d'un grand dépouillement, d'une réduction de Mario à son essence paradigmatique", p.45). Ce mot est utilisé la plupart du temps en linguistique (il concerne la liste de mots qui pourraient virtuellement remplacer un mot présent ; par opposition aux mots qui succèdent effectivement dans une phrase, dont les relations sont "syntagmatiques"). Même avec les connaissances ou le dictionnaire pas très loin, le terme, au mieux est pompeux, au pire, ne veut rien dire. Volonté d'impressionner ?  Un mot pareil mérite soit une définition, soit sa substitution par des mots plus courants. De même pour Super Mario Sunshine avec le mot déconstruction "Cette analyse de Mario Sunshine à l'aune du concpet de déconstruction pourra paraître d'une extrême dureté (...)" (p.75). Sans ce mot pour le moins compliqué (Julien Derrida ?) l'explication n'aurait rien perdu de ces qualités.  

 

ferdinand-de-saussure-super-mario.jpg

D'un moustachu à l'autre : Saussure et Super Mario même combat. Merci Joypad. Merci la "réduction de Mario à son essence paradigmatique".

 

(2) Des angles "impactants", engagés et engageants (la lecture est plus dynamique), stimulants ...mais en contrepartie, des choix parfois contestables  :

 - "les réticences de Nintendo à utiliser sa mascotte sont de moins en moins grandes (suite a un accord avec EA, on a tout de même vu Mario, Luigi et Peach dans SSX Street V3 sur GameCube)" : c'est très orienté, bien que ce jeu sorti en 2005 - l'année des 12 Mario - est un exemple parlant, les développements des Mario à l'époque 8bits étaient bien plus spontanés et inégaux. Des jeux aussi mauvais que les jeux éducatifs des années 90 sur Super Nintendo ou sur PC ...ou qu'Hotel Mario sur lecteur CDI Philips ne pourraient plus sortir aujourd'hui. Nintendo a conscience du capital symbolique que représente la marque Mario et c'est tant mieux ! ;

- de même, "Mario s'essaie au golf dans une de ses premières apparitions sur NES, en 1984" (p.65) non, il s'essaie à ce sport en arcade, l'année précédente;

- les "+ 200 jeux en 25 ans" annoncé en couverture ne sont pas abordés. Il n'y a pas même une liste de ces jeux là. Si le magazine se penche bien, et en profondeur, intelligemment, sur les épisodes les plus marquants, il laisse bien entendre en une que 200 jeux seront traités, ce n'est pas du tout le cas. A la décharge de rédaction, elle n'est souvent pas responsable de ces choix là en couverture;

- le cas du Mario préféré de Miyamoto pose aussi question. Ici selon le magazine il s'agit de Super Mario World. Ce n'est pas du tout gravé dans le marbre, il change d'une interview à l'autre ; le premier Super Mario Bros reste celui dont il est le plus fier selon une autre interview accordée au Nintendo Magazine (époque "emap") à la fin des années 1990 ; il a également choisis Super Mario 64 d'autre fois ; 

- enfin, l'interview gag du personnage Wario (pages 94 à 97) n'est pas au niveau du reste, elle clôt le magazine d'une façon peu heureuse (une blague déjà lue vingt fois).

 

wario-interview.png

Tu n'as pas été le mieux servi, mon pauvre !

 

Moralité ?

 

Nous revenons, certes plus informés, au point de départ : le prix - 7,5 euros - reste le principal frein.

 

S'il coûtait deux fois moins cher, il n'y aurait que peu d'hésitations à avoir. Les qualités de ce magazine sont indéniables. Mine de rien, c'est la preuve que Yellow Media peut abriter en son sein des magazines et des points de vue indépendants, exigeants ...des qualités qui ne sont donc pas l'apanage des publications d'éditions plus modestes (Pix'n Love, etc ...que nous soutenons tout de même !). A l'origine, Joypad et Consoles +, deux mags spécialisés "historiques" (déjà là il y a presque 20 ans !) étaient édités par des concurrents ; aujourd'hui sous le même toit, les rôles se sont définis, d'autant que Jeux Vidéo Magazine, leader absolu, a pris chez Future/Yellow le rôle du gros généraliste. Dans cette famille - et comme dans toutes les familles - il faut savoir trouver sa place : Joypad est devenu depuis environ 5 ans le rejeton le plus intello de la smala, s'acoquinant avec Edge, le magazine britanique considéré comme le plus exigeant d'Europe (voire du Monde). L'intello du jeu vidéo, celui qui prend parti, celui qui a un oeil... ce numéro va dans ce sens.   

 

Si vous êtes fan de Mario, apprendrez-vous des choses ? Des choses objectives, peut-être bien que non. Mais des points de vue sur une histoire, sans aucun doute. Mario, la seule Histoire des jeux vidéo qui court sur 3 décennies (le 25 ans n'est que partiel, l'Histoire commence bien en 1981) ; trois décennies sans discontinuer ! De quoi obtenir une donnée vaste (les vente, les choix des créateurs, le traitement réservé par des consommateurs, la gestion de la marque par les dirigeants...). Il y a de quoi dire ! Une saga-massive-et-manne-d'-informations qui n'a pas fini de nous faire parler et de nous faire comprendre ! La saga phare de Nintendo est le lampadaire de l'industrie, à sa lumière, ce Joypad nous livre ici une lecture éclairée et personnelle. 

 

how-nintendo-david-sheff-gameover.png

Si vous voulez apprendre des choses objectives (des faits) sur Mario, son Histoire, ses secrets de développement, le livre GameOver de David Sheff est la meilleure source ; idem avec les éditions plus anciennes des années 1990 : une vraie mine, non traduite en français hélas. Comptez une vingtaine ou une trentaine d'euros, même d'occasion, sur Amazon. Il faut voir la taille du pavé, vous en aurez pour votre argent ! 

Repost 0
Published by Mario Mario - dans Mario Collectors
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 23:18

Aujourd'hui, la 3DS occupe son monde. Et les journalistes, les ophtalmologistes et les créateurs eux-mêmes de dévoiler ses secrets. Au passage, on comprend 8 ou 9 ans plus tard, l'essence de la GameCube, une option avortée : la 3D d'affichage précisément celle de ...la 3DS ! 

 

I - L'interdiction aux moins de 6 ans, personne n'y comprend rien ! Même pas Nintendo France ! Même pas les médecins !

 

Selon Nintendo France, la Nintendo 3DS est déconseillé aux enfants de 6 ans …ha non, sauf sur cette page, c'est "aux moins de 7 ans" ! Il faudrait savoir. Bientôt, les moins de 40 ans seront proscrits !


Selon Alain Péchereau, médecin ophtalmologiste de son état, la 3DS interdite aux enfants n'est qu' "un excès de précaution" ! Quand on lui demande "Pourquoi Nintendo avance cette limite de l'âge de 6 ans ?" Le médecin avoue son désarroi  "Je ne sais pas, cela ne correspond à rien. Le système de vision est verrouillé à 18 mois au grand maximum, et encore à 9 mois 90% du boulot est fait..."



page54-pechereau.pngAlain Péchereau, ophtamo qui ne comprend pas le "moins 6" de Nintendo. Si vous êtes un enfant de 5 ans et que vous lisez ces lignes 1) ce médecin sera THE argument auprès de vos parents 2) vous êtes sacrément surdoué !

 

II - Un prototype d’écran à cristaux liquides fonctionnait déjà sur GameBoy Advance SP !

La GameBoy advance SP, qui se refermait sur elle-même avec un clapet, aurait déjà pu soutenir cette 3D sans lunette. Ce qu'on apprend dans cet interview.

 

Du coup, l'analyste Michael Pratcher qui claironnait après l'annonce de Nintendo que la 3D sans lunette sur les appareils électroniques, ce n'était pas possible aujourd'hui (sinon, c'était son argument, tous les concurrents l'auraient déjà fait !) apparait aujourd'hui encore plus dans les choux.

GameBoy-Advance-SP-3D-affichage-Mario.jpg

Bon, pour la GameBoy Advance SP, le problème c’est qu’avec des lignes qui envoient des informations pour l'œil gauche, et d’autres pour l'oeil droit et chaque information « l'une après l’autre », il faut une sacrée résolution et un taux de rafraîchissement pas dégoutant non plus. Sur la console de 2003, on imagine que – même si l’effet 3D était bien là -  le résultat n’était pas satisfaisant du tout. C’est ce que confesse Miyamoto.


 III - La GameCube possédait un circuit intégré compatible avec la 3D d’affichage.


Deux scoops ici, le premier c’est que la GameCube gérait parfaitement la 3D d’affichage …à condition de lui adjoindre un périphérique, qui était prévu dès le développement de la console : un écran à cristaux liquides qui affichait cette profondeur sans lunette ! Le second scoop, c’est que le jeu de lancement Luigi Mansion était justement développé pour être joué en 3D ! Finalement, la GameCube n’a pas exploité ce filon et notre Luigi Mansion demeurera « plat » à jamais ...à moins que Nintendo ne l'adapte enfin sur 3DS, ce serait logique.


luigi-mansion-3DS-Nintendo-mario.jpgLuigi Mansion, sa 3D a été "aspirée"

   

Avec le recul 3 choses reviennent en mémoire :

1  - c’est vrai que cette console 128-bit – la dernière machine Nintendo avant les glorieuses DS et Wii – manque cruellement, d’un point de vue business, d’innovations hardware : quand ses deux petites sœurs proposent leurs lots de rupture : écran tactile (DS) ou détecteurs de mouvement (Wii) en tête, notre chère amie la GameCube ne propose rien de spécial, même si elle fait plutôt tout bien. Même la Nintendo64 innovait avec les vibrations et le stick analogique de série.

2  - c’est vrai que cette console (annoncée comme la dolphin puis la StarCube) était censée être facilement transportable : elle était petite, compacte ...et avec une grosse poignée à l'arrière !

3) - c’est vrai que cette console s’entendait extrêmement bien avec un écran à cristaux liquides (en 2D). Les accessoiristes (Big Ben etc.) se sont tout de suite engouffrés dans la brèche. Y compris avec des batteries rechargeables. Une console (trans)portable en somme. Mais oui : on comprend pourquoi, on comprend enfin pourquoi ! On pourrait même relire entièrement le concept de la GameCube. Et pourquoi pas le nom et le logo, c’est un jeu visuel brillant sur le cube …mais puisque tout en profondeur, c’est aussi une ôde aux trois dimensions ! Une console qu’on a branché sur nos télés …alors qu’elle aurait pu – qu’elle aurait dû ? – être la star des cubes, sphères, pyramides sur un petit écran à cristaux liquides.

gamecubescreen.jpgOn comprend !

En tout cas, avec l’échec – l’échec hardware du moins – de la Gamecube, Nintendo fut vaccinée ! Vaccinée des consoles bonnes élèves mais sans aucune surprise « tape-à-l’œil ». La firme élabora au début des années 2000 sa stratégie en or : ...en plus de jeux à licences (et si possible innovants les jeux, quoi qu’on en dise parfois) …en plus des jeux casuals, l’ingrédient magique : une bonne grosse claque hardware ! Et la 3DS a coché cette case. Elle a coché cette case avec la 3D d’affichage sans lunette que la firme avait pourtant dans les cartons depuis presque dix ans. Et si on accepte les lunettes à l'entrée, depuis plus de 25 ans ! Vingt-cinq ans puisque, outre la sympatique Virtual Boy, la Famicom et son jeu 3D Hot Rallye - avec Mario ! - proposaient une 3D d'affichage avec des lunettes 3D.      

500x_nes3d2.jpg

Dans les années 80, déjà, Nintendo proposa un jeu en 3D d'affichage... avec des lunettes

 

Moralité : Nintendo joue un grand coup. Elle joue une carte planquée dans sa manche depuis longtemps. A 249 dollars ou euros, serons-nous nombreux à craquer ? En tout cas, avec ses interviews cartes sur table (les Iwata demande, qui dévoilent ces fameux "secrets"), difficile de ne pas être séduit par la marque (sinon par la machine), on réfléchit - on vit - avec eux ! Un vrai voyage à travers le temps, les technologies et les idées. 


 

On gère soi-même le niveau de 3D. Et ça, c’est nouveau et une très bonne idée. Comme le confirme, Itoi, journaliste, bloggeur et ami de la maison Nintendo : « Jusqu’alors, le volume 3D était généralement décidé par les créateurs des images. »  cette fois, c'est selon l'envie du moment avec un bouton analogique

 

Capture-d-ecran-2011-01-20-a-22.01.51.png

   Scoop Nintendo-Closer : En ce moment, Miyamoto-san a les cheveux bien longs

 

Repost 0
Published by Mario Mario - dans Mario Web
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 18:20

Un internaute explique dans une vidéo comment réaliser une prouesse : sauter par dessus le drapeau de Super Mario Bros. 

 

Vers l'infini et au delà 

 

Pendant les années 1990, dans toutes les cours de récréation de la planète, une légende circule à propos de Super Mario Bros : il serait possible d'aller au delà du drapeau. 

 

1275041914.jpg

encore raté !

 

A la fin de chaque niveau, Super Mario termine sa session en rencontrant une barre. Plus qu'une barre, une mesure à bond avec des points en cadeaux. Plus vous sautez haut, plus vous ramasser : 100 points, 200 points, 400 points (...) et enfin 5000 points si arrivez à tout en haut. Tout en haut ? Sans pouvoir aller plus loin ? 

 

Quand nous - les trentenaires ou les quasi-trentenaires - étions enfants, beaucoup d'entre nous avaient entendu parler de cette histoire ; d'un Super Mario courant encore après la fin de son niveau, après le château. Mais peu nombreux étaient ceux qui avaient réellement vu la prouesse - d'ailleurs, avant Internet, je n'avais jamais vraiment cru à cette histoire !

Image-9.png

   Sans tortue ni insecte (enfin, sans koopa ni bug), impossible de jouer à saute-mouton avec le fanion

Aujourd'hui, un internaute explique la mécanique. Il s'agit d'un bug. Il faut "enfermer" une tortue dans la ligne inférieure de l'écran, la trimballer jusqu'à la fin. Le bas de l'écran étant aussi le haut (l'image se répète en miroir ou quelque chose du genre), il s'agit de sauter par dessus le reptile pour dépasser la limite ...une limite plus du tout inexorable.

 

Avec la vidéo, c'est plus parlant :

 

 

   Plus facile à voir qu'à faire !

 

Repost 0
Published by Mario Mario - dans Mario Retro
commenter cet article

La Présentation

  • : L'actualité de Super Mario en continu
  • L'actualité de Super Mario en continu
  • : L'actualité de Super Mario, la mascotte de Nintendo. Les compilations des critiques, les ventes des derniers jeux Super Mario et les plus folles créations autour du personnage imaginaire le plus connu au monde.
  • Contact

Les Dossiers

interviews.jpg delires de fans









 

 

 

 

 

 

icone_rss.png icone_twitter.png icone_facebook.png

Rechercher

Le profil deux points zéro


Les Articles Mois Par Mois